Sécurité parvis St-Pierre et rues adjacentes à Uccle en période scolaire : Action de la police locale

Monsieur le Président, Chers Collègues,

 

Le 16 octobre dernier, vers 12 :30 hrs, une adolescente de 14 ans a subit une agression dans la boulangerie Panos de la rue Xavier de Bue.

Je résume d’abord les faits :

1er épisode : La jeune fille, apercevant par la vitrine une amie dans la boulangerie y pénètre et d’emblée se fait agresser par un homme d’une cinquantaine d’années qui l’insulte et la frappe avec un genou et un pied. Il s’ensuit des contusions au niveau des membres et de l’abdomen. Les 2 vendeuses ne bronchent pas, continuent à servir leurs clients et heureusement un client intervient et fait sortir l’agresseur. Personne ne pense prévenir la police !! Elle retourne avec son amie au collège. Ce n’est que le soir, en rentrant chez elle qu’elle peut en parler avec ses parents. Ceux-ci, bien évidemment se rendent rue Rouge et font établir un constat.

2ème épisode : Onze jours plus tard, le 27 octobre, vers 13 :00 hrs, toujours au centre d’Uccle, au croisement de l’av. Xavier de Bue et de la ch. d’Alsemberg, l’adolescente aperçoit son agresseur et le reconnaît formellement. Sur conseil de ses parents, elle appelle le 112 et rapidement une patrouille arrive. L’agresseur est interpellé et elle est prise en charge au commissariat. Elle refait une déposition et retourne seule au collège, avec heureusement son père au tel.

Mes questions sont les suivantes :

Sur les faits d’abord :

  • S’il n’y avait pas eu de deuxième épisode, quelles suites auraient été données par la police ?
  • Y a-t-il eu une démarche d’information vis à vis des employées de Panos afin qu’en cas de nouvel incident, elles fassent sans tarder appel au 112 ?
  • Maintenant que l’agresseur est identifié et interrogé, quelles suites ont été données vis à vis de l’adolescente et de l’agresseur ? Comment se fait-il qu’elle n’ait pas été accompagnée lors de son départ du commissariat le 27 octobre ? A ce jour, aucune démarche vis à vis de la famille en vue d’une prise en charge psychologique n’a été initiée, alors qu’une cellule spéciale existe ?

Sur la sécurité et la prévention ensuite :

  • Y a-t-il des instructions spéciales données aux patrouilles pour surveiller et intervenir en urgence, en période scolaire, aux abords du parvis St. Pierre ? Et si oui, à quelles heures ?
  • Quelles mesures comptez-vous prendre pour informer les commerçants des actions à effectuer afin d’assurer leur clientèle de la prise en charge d’éventuelles agressions dans leurs locaux ?

Je vous remercie de votre attention et de vos réponses.

 

Daniel Hublet – Conseiller de Police