Sauvons le Crabbegat !

Monsieur le Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les Echevins,

Chers Collègues,

Je souhaite relayer l’inquiétude et les interrogations du collectif « Sauvons le Crabbegat ! » qui a récemment été créé suite à la dernière commission de concertation sur le troisième projet Tennis Club de l’Observatoire (TCO). Il compte la majorité des habitants des avenues P. Stroobant et Kamerdelle, chemin du Crabbegat, et une partie de ceux de l’av. des Archères, Vieux Cornet, TenHoren, Dieweg et du Manoir et est en extension.

Je vous livre le 1er paragraphe de la charte qu’ils ont rédigée :

« Le Crabbegat (trou aux crabes) est le dernier chemin creux authentique en région bruxelloise. Chemin de grande randonnée depuis le moyen-âge, répertorié sur la route du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle, il a été classé en 1989. Il borde le Parc du Wolvendael, également classé, et forme avec lui un écrin de verdure et de quiétude inestimable au cœur même de la commune d’Uccle, très apprécié des promeneurs, habitants et usagers de l’ensemble des quartiers environnant le centre commerçant d’Uccle ».

Afin de me rendre compte de la situation actuelle des lieux, je m’y suis promené dimanche passé.

L’avenue P. Stroobant mérite certainement un réaménagement . Nous en avons déjà débattu lors de précédents conseils, et j’y reviendrai. Plus loin, j’ai été étonné du délabrement du club house et des installations de l’ancien « Tennis club de l ‘Observatoire ». Enfin, je ne peux que confirmer l’état de dégradation du Crabbegat en manque flagrant d’entretien, particulièrement à hauteur de l’arrière d’un nouvel immeuble du 27 av. Kamerdelle. Le talus a été détruit et des arbres abattus !

Mes questions sont triples :

  1. Le Collège est-t-il conscient de l’état de dégradation du Crabbegat ? Si oui, quelles suites compte-t-il donner aux requêtes des citoyens ? Qui est en charge de l’entretien du chemin ? Est-il envisagé de reconstruire et consolider le talus là où il a été endommagé et fragilisé par la construction de l’immeuble du 27 av. Kamerdelle ? Comment, à ce niveau, le collège compte-t-il faire respecter de manières contraignantes les règles de droit ? La replantation d’arbres est-elle envisagée, là où ils ont été abattus ? Est-t-il envisagé une remise en état des pavés qui font partie de sa spécificité ? Je rappellerai que nous avons voté au budget 2016 et 2017 un subside pour le réaménagement du Crabbegat.
  2. La  société  TCO a proposé un projet de taille disproportionnée par rapport à la configuration actuelle des lieux et très partiellement en lien avec la destination du lieu qui est celle d’une zone de sport et loisir en plein air (pour rappel, le projet TCO implique notamment des excavations gigantesques, pour un parking, deux terrains de tennis souterrains, des salles de fitness et wellness intérieures, un practice de golf, six terrains de tennis extérieurs, une piscine, etc..). Lors de la commission de concertation du 20 septembre dernier, le collège a délivré, pour cette 3ème mouture, un avis positif mais conditionné en retirant la piscine extérieure et les infrastructures pour les activités indoor non sportives. Actuellement, quelles garanties le collège peut-il donner sur le respect de la destination du lieu, et l’absence d’impact sur le chemin du Crabbegat et de nuisances sur le quartier ? J’évoquerai les nuisances sonores et de mobilité importantes et fréquentes qui seront engendrées par les activités Horeca ( en ce compris la tenue de soirées et d’évènements mondains indispensables à la viabilité du projet ) et avant, celles que va constituer le chantier et les risques de déstabilisation du sol qui s’ensuivront nécessairement. Je signalerai en outre qu’à mon estime, le dossier reste encore largement lacunaire au niveau de la mobilité et des parkings.
  3. Comme signalé précédemment, nous avons eu connaissance de l’étude de réaménagement de l’avenue P. Stroobant réalisé par notre service technique de Voirie-Mobilité qui tient compte des diverses affectations à desservir école, maisons riveraines, service vert, TCO …) et des caractéristiques typologiques de cette avenue sans issue, dont sa faible largeur à l’approche du site TCO. Pourriez-vous nous dire où en est ce projet ? Est-t-il prévu une coordination optimale des travaux afin que le réaménagement futur ne se fasse qu’après la construction du nouveau bâtiment ? Certaines propositions ont été déposées en leur temps par des représentants des riverains . Ont-elles été entendues car elles sont intéressantes et constructives? En terme de participation citoyenne aux décisions, quelles garanties de processus démocratique la commune s’engage-t-elle à suivre dans ce cas ?

Je tiens enfin à préciser que tant le collectif que le cdH ne sont pas contre un projet de valorisation du terrain pour autant qu’il se réalise dans le respect de la destination de la zone et à une échelle raisonnable et humaine.

Je vous remercie de votre attention et vos réponses.

Daniel Hublet

Chef de groupe cdH