Budget communal 2018

Mesdames et Messieurs les Echevins, Chers collègues,

Vous nous avez, Madame l’Echevine, présenté ce soir votre premier budget. Je vous remercie des réponses claires et précises que vous nous avez données en commission où nos bancs étaient forts clairsemés…

Par rapport à2017, certains chiffres ont variés mais globalement, il n’y a pas de grands changements. Revenus de 149.141.508, 71 M€, dépenses de 143.705.816,70 M€, plus prélèvements, prudents, pour mise en non valeur des taxes GSM ( 1.860.000 M€) et des revenus loyers de Brutélé ( 280.000 €) ; ce qui donne, pour la 9ème année consécutive, un boni de 3.295.692,01 €. Diminution des recettes de 1%, augmentation des dépenses de 1,2%, personnel communal et dotations aux ASBL stables.
Au niveau des dépenses, ce budget représente 53,99% de frais de personnel, 9,32% de frais de fonctionnement, 26,33% de dépenses de transferts (CPAS et Zone de Police) et 10,36% de charge annuelle de la dette.L’endettement diminue quelque peu, les amortissements compensant les nouveaux emprunts.

Est-ce pour cela que tout va pour le mieux et que nous n’avons qu’à nous réjouir ?
Nous ne le pensons pas et sommes persuadés que le plus difficile reste à venir et que des efforts importants d’économie restent à réaliser.
J’ai lu très attentivement le rapport du receveur communal dont je salue le travail et celui de toute son équipe. Certes il relève qu’aussi bien le résultat de l’exercice propre que le résultat global restent positifs mais aussi plusieurs incertitudes :
– Nos principaux revenus (les centimes additionnels au précompte immobilier et à l’IPP), restent instables et sont perçus tard, tout comme c’est le cas pour la plupart de nos subsides ;
– Vu l’importance de notre commune, la dotation communale (récemment augmentée) et les moyens qui y sont liés sont relativement bas ;
– Les intérêts à long terme, parallèlement à la hausse de l’inflation, sont en train d’augmenter et engendreront des indexations ;
– La professionnalisation du personnel continuera et impliquera de nouveaux frais ; …

Nous soutenons le Collège dans sa volonté de contenir les dépenses mais pas toujours d’opérer une vraie diminution. Une remise en question plus profonde devrait parfois être réalisée. Par exemple, au niveau des investissements où la longue liste des postes d’investissements individuels gagnerait à faire l’objet de regroupements cohérents (informatique, immobilier, mobilité,..) . Cela permettrait
de dégager les axes prioritaires d’une politique communale, d’identifier les grandes tendances d’investissement et leur évolution, de traquer les gaspillages et de dégager des économies d’échelles.

Nous souhaiterions également que la façon de présenter les dépenses puisse nous permettre d’identifier :
– Les domaines où l’intervention publique est indispensable car seule à pouvoir agir ;
– Ceux où elle doit seulement venir en complément d’une offre privée existante dans un schéma de partenariat public-privé afin de toucher, par exemple, des publics moins favorisés ;
– Enfin, les domaines où l’initiative privée est rentable, abordable et se suffit à elle-même.
En réalisant cette démarche, nous sommes persuadés que de nouvelles économies pourraient être réalisées.
Au niveau des ASBL communales, nous suggérons que la justification de la ventilation des budgets et de leur évolution au cours du temps soit mieux documentée. Certaines ASBL qui organisent des activités/événements rémunérés (par exemple la SUTA) devraient avoir pour objectif de présenter un budget en équilibre (break-even) sans recours aux subsides/dotations. Cela permettrait de réorienter les dépenses vers des activités nécessaires à la collectivité et qui par essence ne peuvent être rentables.

J’évoquerai aussi le gouffre financier qu’est la piscine qui avale chaque année 500.000€ de subsides de fonctionnement en plus des montants des investissements inscrits au budget extraordinaire. Nous ne remettons certainement pas en cause cette dépense ni la gestion irréprochable des fonds mais interogeons-nous si c’est vraiment le souhait des ucclois et si des partenariats avec la région ou/et d’autres communes ne pourraient pas être trouvés. Certaines le sont peut-être déjà et nous nous en réjouissons.

En ce qui concerne l’évolution de la dette, je constate que celle-ci continue d’augmenter (137.279.264,89 €). Cela peut se justifier par une politique d’investissement à long terme si les domaines d’investissements sont bien identifiés, cohérents et en ligne avec les axes prioritaires de la politique communale. C’est ce que le collège réalise avec l’investissement de 24.000.000€ pour le projet U, rue de Stalle et nous le soutenons.
Voici un autre investissement que le cdH propose pour le futur: Investir dans un complexe sportif unique, bien équipé et dont la capacité répond aux besoins des différentes fédérations sportives actives sur le territoire de la commune. Nous sommes certains que cet investissement s’avérerait à terme plus économique que de colmater les plâtres de plusieurs infrastructures vieillissantes, inadaptées et où les interventions récurrentes finissent pas coûter cher sans apporter satisfaction.
Les investissements doivent être poursuivis mais en faisant des choix clairs et sur le long terme plutôt que de gérer l’existant en colmatant des brèches et il faut aussi être capable de désinvestir dans certains domaines.
En ce qui concerne la gestion de la dette, nous ne doutons pas de l’excellente gestion de Mr Devos qui vérifie si des emprunts anciens avec une charge financière plus élevée peuvent être avantageusement remplacés par d’autres emprunts moins couteux ou des financements sur fond propre. Nous souhaiterions pouvoir disposer d’un tableau indiquant l’âge des emprunts, leur coût et leur terme afin de vérifier la gestion active du portefeuille d’endettement.

Voilà , chers collègues certaines réflexions que nous souhaitions partager avec vous à l’analyse du dernier budget de cette législature. Le cdHsoutient le Collège dans les efforts qu’il fournira cette année encore afin de maintenir nos finances à flot et surtout au maximum les services de qualité que nous proposons à la population.

Je vous remercie de votre attention.

Daniel Hublet
Chef de groupe cdH.