Adhésion de la commune à la plateforme Be-Alert

Monsieur le Bourgmestre,Mesdames et Messieurs les Échevins,

Chers Collègues,

Il y a plusieurs mois, la Chambre a approuvé à l’unanimité un projet de loi qui contribue à la mise en oeuvre du système d’alerte de masse de la population, baptisé BE-ALERT. En combinant plusieurs canaux de communication, le système permet aux autorités en charge de la gestion des situations d’urgence de diffuser un message à la population.

Jusqu’il y a peu, l’alerte et l’information à la population ne pouvaient se faire que via les médias traditionnels, les services de secours déployés sur le terrain ou, en ce qui concerne le risque Seveso ou nucléaire, par le biais d’un réseau de sirènes.

Le système BE-Alert permet désormais une alerte via de nouveaux canaux complémentaires. Ainsi, une autorité, qu’il s’agisse d’un Bourgmestre, d’un Gouverneur ou du Ministre de l’Intérieur peut, s’il l’estime nécessaire, alerter la population par appel vocal, SMS ou e-mail.

BE-Alert a vu le jour en 2014, en tant que projet-pilote du Centre de crise fédéral. Il a été testé pendant 2 ans par 33 communes avant d’être généralisé. A l’heure actuelle, seules 260 communes sur 589 ont adhéré au système et signé une convention qui leur donne par ailleurs aussi accès à la plate-forme ALERT-SMS, une technologie permettant d’envoyer un SMS d’alerte aux citoyens sur base de leur localisation. L’ALERT-SMS permet en effet de localiser les cartes SIM de toutes les personnes se trouvant dans un rayon déterminé autour du lieu d’un accident et de leur envoyer un SMS, même si elles ne sont pas inscrites à BE-Alert.Son succès dépend du taux d’inscription de la population. Notre commune n’a pas encore souscrit à BE-Alert mais notre population peut déjà s’inscrire gratuitement sur le site www.be-alert.be,  et seulement le Gouverneur ou le Ministre de l’intérieur  pourront l’utiliser en cas de nécessité.

Maintenir et intensifier la sécurité au sein de notre pays, de notre région, de notre commune  est évidemment encore et toujours prioritaire. Dans ce cadre, en permettant d’atteindre les bons groupes cible dans les meilleurs délais et en leur permettant de savoir ce qu’ils doivent faire au plus vite, nous pensons que BE-Alert est un outil performant répondant aux nécessités du terrain et aux dernières avancées technologiques.

Le Collège  a-t-il déjà envisagé de souscrire un abonnement  à cette plateforme ? Si la réponse est négative, quelles en sont les raisons ? Notre groupe cdH souhaiterait que dans l’intérêt de notre population, une telle action puisse rapidement se concrétiser.

Je vous remercie de votre attention.

Daniel Hublet

Chef de groupe cdH